Le projet

Great Black Music
Des récits épiques des griots mandingues à la plainte mélodique des bluesmen du delta du Mississipi des bouges de la Nouvelle-Orléans aux clubs de Manhattan où débuta l’odyssée du jazz. Des trottoirs de Memphis à ceux de Detroit où résonnèrent le rhythm’n’blues de Motown puis la techno. Des rythmes originels Yoruba à la naissance de l’Afrobeat à Lagos. De La Havane au quartier espagnol de Harlem à New York où naquit la salsa. Des mélopées calypso de Trinidad aux odyssées samba, puis bossa-nova à Rio. Des faubourgs de Kingston où apparurent le ska et le reggae, jusqu’aux terrains vagues du Bronx où surgit le hip hop.

La voix, le souffle, les rythmes, l’âme de millions d’esclaves déportés depuis les côtes africaines jusqu’aux Amériques ont généré une constellation de musiques d’une richesse inouïe. Cette saga n’est pas spécifiquement américaine, africaine, caribéenne ou européenne mais tout cela à la fois, elle repose sur un espace transnational en constante transformation : « l’Atlantique noir ».

Après 400 ans de servitude et l’une des plus grandes tragédies humaines, la terreur raciale a laissé place à une immense explosion de créativité et de liberté qui a nourrie l’élan démocratique de l’occident et sa soif de modernité. L’expression même de cette formidable émancipation et de cette quête de liberté sont les musiques noires, qui dans la douleur ou l’extase ont façonné la culture populaire mondiale. Aujourd’hui les musiques noires sont planétaires, elles transcendent toute conception ethniciste ou nationaliste, elles sont l’essence de la modernité occidentale et sont au coeur de la renaissance africaine.

A travers cette exposition multimédia nous allons vous raconter l’une des plus grandes aventures artistiques contemporaine : Les musiques noires dans le monde.

Marc Benaïche


> Découvrir les Expos en vidéos


Carte des expositions des Musiques Noires